top of page

"Justes parmi les Nations"

N
on loin de la Chartreuse et de ses moines en prière,aux pieds du Vercors et de son sang versé,

Virieu,une histoire vivante du moyen-Age à la résistance 

En bref

C'est aux environs de l’an mille que s'installe une lignée seigneuriale représentée par Wilfrid de Virieu dont il est fait mention en 1042 comme seigneur du lieu.

Comme les châteaux en pierre n'existent pas encore à l'époque dans la région, Wilfrid réside sur une motte castrale.

Au début du XIIe siècle, la motte castrale est probablement remplacée par un petit château en pierre. On peut voir les vestiges dans le bâtiment Nord, qui présente les aspects architecturaux les plus anciens.

Cependant, les constructions les plus imposantes datent du XIIIe siècle après que Siboud IV de Clermont acquiert la seigneurie par son mariage avec Béatrix de Virieu, héritière de Martin de Virieu.

Grâce à sa fortune, Siboud de Clermont fait construire une puissante forteresse en moellon de tuf (donjon, enceinte et tours d'angle).

Le château connaît ensuite d'autres transformations importantes, surtout à partir de la fin du XVIe siècle et début XVIIe quand la famille Prunier de Saint André rachète la seigneurie aux Clermont en 1573.

En 1874, Alphonse de Virieu qui habite le château de Pupetières non loin de là, rachète le château de Virieu qui revient ainsi dans sa famille.

Le château reste inhabité pendant 50 ans jusqu’en 1924, année à partir de laquelle  François-Henri de Virieu entreprend sa restauration avec l'architecte Sainte-Marie Perrin.

En bref

Les moines chartreux

Martin et Jacques de Virieu en 1228, font don d'une fontaine aux moines chartreux qui ont fondé une dépendance de la Grande Chartreuse, proche du lac de Paladru, le monastère de la Sylve Bénite.

L'eau est si précieuse à l'époque qu'en reconnaissance, les Chartreux accordent aux Virieu et à leur descendance la possibilité d'être enterrés dans le cloître et, fait rarissime, de pénétrer à l'intérieur du monastère.

La Chartreuse est détruite à la Révolution et il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges du cloître.

Les moines chartreux
La famille de Clermont
Louise de Clermont soeur de Antoine III.

La famille de Clermont

Les Clermont (devenus les Clermont-Tonnerre) sont une ancienne et puissante famille dont les possessions primitives se trouvent entre la Savoie et le Viennois autour du lac de Paladru non loin de Virieu. De génération en génération, les Clermont vont étendre leur domaine.

Guerriers ambitieux et habiles dans la conduite de leurs affaires, les seigneurs de Clermont ne négligent pas de fructueuses alliances puisqu’en 1220 Siboud IV de Clermont épouse l’héritière de Martin, seigneur de Virieu, Béatrix qui apporte la terre de Virieu à la maison de Clermont. Ce mariage est hautement stratégique car il permet aux Clermont d'agrandir leur seigneurie de moitié et de contrôler la vallée de la Bourbre

Louise de Clermont soeur de Antoine III (XVIe siècle)

Visite de Louis XIII
Retour des Virieu

Le retour de la famille de Virieu

Alphonse de Virieu, qui descend de la branche des Virieu demeurée à Pupetières, non loin de Virieu, rachète en 1874 le château familial.

Après sept siècles, le château redevient donc une propriété familiale, restant tout de même inhabité durant encore près de cinquante ans.

C'est en 1924 que François-Henri de Virieu décide de faire revivre la demeure, une restauration s'impose alors.

Il vend son château de Brangues à Paul Claudel et entreprend la restauration de Virieu avec l'architecte  Antoine Sainte-Marie Perrin, frère de Mme Claudel. Les importants travaux durent quatre ans.

Une grande partie du mobilier se trouvant actuellement au château est apportée à cette époque par François-Henri de Virieu et sa femme née Caroline d’Ursel.

Petit clin d'oeil de l'histoire: Caroline est la fille d'Isabelle de Clermont-Tonnerre, fondatrice des Orantes de l'Assomption et descendante de Sainte Jeanne de Chantal et de Saint Louis

IMG_4882 copie 2 (4).jpg

Visite du roi Louis XIII

En 1622, Louis XIII revient de Montpellier où il vient de signer la paix avec les Protestants.

Le Roi s'arrête alors à Virieu où il est reçu par Laurent Prunier de Saint-André, propriétaire de l'époque et passe une nuit au château.

En remerciement, il laisse ses canons, dits "de montagne" pris sans doute au siège de Montpellier. On les admire encore aujourd'hui, alignés sous chaque arcade de la galerie de la Cour intérieure.

Au début du XVIIIème, Virieu est une demeure agréable, habitée par une famille alliée aux grands noms de la région. A partir de 1765, le château passe de femmes en femmes, chaque génération possédant ainsi un patronyme différent.

Résistance
Justes parmis les Nations

Résistance

Pendant la Seconde guerre mondiale, le château de Virieu ajoute un nouveau chapitre à son histoire.

Le colonel et la Marquise de Virieu cachent dans les caves quarante tonnes d'armes et de munitions afin de les soustraire aux allemands et à Vichy. Elles sont ensuite entreposées en partie dans des caches du château, en partie sous les terrasses. Rien n'est découvert ni ne saute, mais la famille de Virieu doit fuir pour se réfugier au pied du Vercors, à Chichilianne, pour continuer sa résistance active, dans la clandestiné.

Lieu de mémoire:

Un Lieu de mémoire consacré à cette période est désormais ouvert dans le donjon du château.  

Justes parmi les Nations

Le 17 juillet 2016, le marquis et la marquise de Virieu ont été élevés au rang de "Justes parmi les Nations" à titre posthume.

Les noms de Xavier et Marie-Françoise de Virieu sont désormais gravés sur le Mur d'Honneur du Jardin des Justes de Yad Vashem à Jérusalem pour avoir caché au péril de leurs vies, deux familles juives polonaises.

En savoir plus

Virescit Vulnere Virtus

bottom of page